jeudi 13 décembre 2012

Sur les traces lunaires de Jacques Tiziou, 40 ans après Aollo 17


Un honneur pour lui. Jacques Tiziou parmi les asttonautes d'Apollo 17.... et d'autres.
[ Courrendlin, Switzerland, December 12, 2012 © rke, english below ] – Lundi 11 décembre 1972, Pleigne (dans l’ex-futur canton du Jura). Un ado de 16 ans bouquine dans son antre spatial, une modeste chambre emplie de documents, de paperasse et de coupures de presse de la mission Apollo 17. Les quotidiens La Suisse, l’Express (Neuchâtel) et La Tribune de Lausanne (aujourd’hui Le Matin), voilà les seuls moyens de s’informer, à part, bien sûr, la radio et la télévision. Cet apprenti mécanicien de précision vient de  rentrer de son boulot depuis le centre de formation de Tornos (aujourd’hui CAAJ) de Moutier, à 20 km du domicile. L’ado est encore tout sale empreint d’une odeur ferrique. Enfin dans son monde, voilà le jeune homme rivé à la télé essayant de capter une émission qui parle de la dernière mission lunaire. Il faut attendre tard le soir pour voir déambuler à la TV (sur la TSR et les chaînes françaises TF1 ou A2, en direct de 23h à 24h) les deux astronautes Gene (Eugene) Cernan et Harrisson H. Schmitt. Et bien entendu, sur la radio RTL ou encore Europe 1. J’attends avec une certaine impatience de lire un reportage quelconque de Jacques Tiziou dans la Tribune de Lausanne, mais il faut attendre au lendemain. Jacques Tiziou des rares reporter français basé en Floride (actuellement le seul dans le domaine spatial) qui a couvert le programme depuis Spoutnik, qui a vécu à Cocoa Beach et Merritt Island lors des missions Apollo et Skylab, qui a couvert ces vols pour la Tribune de Lausanne, travaillé de temps en temps pour la RSR (Radio et TV) et qui vit de nos jours à Washington où il continue à suivre tout ça. Ce journaliste-là devient ainsi ma référence française dans ce domaine. Je guette le moindre article pour y repérer sa signature.
Me voilà à 14 ans en 1970 !
Jeudi 2 novembre 2012. Flash back sur Cap Canaveral. Après avoir fait sa connaissance via ce blog et des emails, j’essaie plusieurs fois de joindre Jacques Tiziou par téléphone. On est trop occupé l’un et l’autre à suivre le voyage final de la navette Atlantis dans son hangar. Dimanche 4 novembre 2012. Pas moyen non plus de retrouver le journaliste à son hôtel, le « Radison at the port » à Cap Canaveral. Tant pis, ce qu’est partie remise pour le printemps prochain. J’irai le rencontrer à Washington pour vous faire connaître ce personnage. Je vous laisse la surprise du moment exact où je partirai. Ah, au fait, l’ado en question en 1972, c’est moi, évidemment. Alors à bientôt, début 2013, quarante et un ans après les dernières traces des hommes sur la Lune…

40 years after Aollo 17 : in the foot-moon-steps of Jacques Tiziou
Photo taken by Jacques Tiziou.
Dessin : Jean-Luc Beghin
Monday, December 11, 1972, Pleigne (the new state of Jura now). A 16-year some one tenager is scanning with his consuming eyes the astronautics literature. He remains frozen in den space, a samll typical swiss-room filled of paperwork and newspaper clippings of the NASA Apollo 17 mission. Newspapers Switzerland, Express (Neuchâtel) and « La Tribune de Lausanne » (now Le Matin), that the only way to learn about the U.S Space Programm, and so, of course, radio and television. This young learner in the trade of precision engineering has just returned from his job since the training center from Tornos Moutier (today CAAJ), at 7 miles km from home. The teen’ is still imbued with a dirty smell iron. Finally in his world, the young man glued to the TV trying to catch a show that talks about the latest lunar mission. It was not until late evening stroll to see on TV (on the TSR and French channels TF1 and A2, live from 23h to 24h) the two astronauts Gene (Eugene) Cernan and Harrison H. Schmitt. And of course, something to show on RTL or Europe 1 radio stations. I look forward to read some coverage by Jacques Tiziou in the Tribune de Lausanne, but I must wait overnight. Jacques is one of the few French reporter based in Florida who has covered the space program since Sputnik, who has lived in Cocoa Beach and Merritt Island during Apollo and Skylab, which covered such flights for the Tribune de Lausanne, worked from time to time for the RSR (Radio and TV) and lives today in Washington where he continues to follow the space program. That journalist then becomes my French reference in this sapce field. I dig each single article to identify his a signature.
The Apollo 17 foot-
moon-step redrawn by myself
in December 13, 1972.
It's me, Roland Keller in 1975,
withmy Space Collection with
my several foldeurs of
Apollo, including Apollo 17
with picture taken by Jacques
Tiziou at Cape Canaveral.
Photo by Dominique Keller
(my brother)
Thursday, November 2, 2012. Flash back to Cape Canaveral. After getting to know him through this blog and severals emails, I try several times to join Jacques Tiziou by phone. Unfortunately without success, he’s
too busy (and me, too) to cover the Atlantis Final Move in its hangar at KSC. Sunday, November 4, 2012. Hopeless to find Jacques Tiziou in his hotel Radison Port at Cape Canaveral. Too late, my next trip is now postponed for spring 2013. I'll meet him in Washington to let you know that personality. I will reveal my departure at that time. Oh, about the teenager in 1972, it’s me, of course. Well, see you sooon early 2013, forty-one years after the last traces of men on the moon ...

jeudi 8 novembre 2012

Le KSC décale l’entrée de son musée


Une nouvelle entrée en attendant juillet 2013. - Photo : rke
La maquette Xcor. - Photo : rke
[ Titusville (FLA), November 8, 2012 © rke, english below ] – Le centre des visiteurs du KSC fait peau neuve. Depuis deux semaines en effet, l’entrée principale a été déplacée et avancée, proche du parc. Il est possible de prendre un billet sur des bornes automatique (à gauche) et le contrôle (un peu plus col que dans les aéroports) se fait cette fois-ci en plein, à l’abri. L’entrée débouche directement sur le parc des traditionnelles fusées exposées là depuis longtemps. Bref, ça donne un petit coup de jeune à ce super grand musée qui se prépare pour l’inauguration de son somptueux bâtiment, en juillet 2013, nouvelle demeure de la navette d’Atlantis.

The modell of the shuttle Dream Chaser of SNC. - Photo : rke
KSC displaces its museum entrance
The KSC Visitor Center facelift. So, from two weeks now, the main entrance was moved and advanced directly opposite to the park reachable. It’s possible to take a ticket on automatic terminals (left) and control (less strict airports) is performed in the open air, but covered naturally. The entrance leads directly to the traditional rockets park exposed long there gone. In short, it gives a facelift to this great big museum prepares for inauguration - in July 2013 - of its magnificent building, the new home of the shuttle Atlantis.

mercredi 7 novembre 2012

Le tir d’Obama sans complexe


Le pas de tir 41C va être réaménagé pour les futurs astronautes qui embarqueront au bout d'une fusée Atlas V.
- photo : rke

[ Cape Canaveral (FLA), November 7, 2012 © rke, english below ] – Ainsi donc Barack Obama est réélu. Je vous laisse voir la « une » du Floriday Today, mais je préfère en revenir aux affaires. Bonne nouvelle pour la région.
La "une" du Florida Today
 du 7 novembre 2012.
Le consortium United Space Alliance (ULA), vient d’annoncer aujourd’hui qu’elle a choisi l’entreprise Hensel Phelps Construction Co. d’Orlando pour aider à la modification du pas de tir, le complexe SLC-41, en vue du lancement des missions commerciales. L’entreprise floridienne a développé et va installer une tour avec un bras d’accès spécial pour permettre aux futurs astronautes d’entrer dans le véhicule spatial, assis au sommet d’une fusée Atlas V. L’entreprise va aussi mettre au point un système d’évacuation d’urgence des astronautes en cas de pépin au décollage. Tout cela devrait créer 300 postes de travail jusqu’en 2015 au moins, estime la compagnie.

Obama launch pad without complex
So, Barack Obama is now re-elected. I let see you the « one » of Floriday Today, but I prefer to get back to business. Good news for the region.
It was in August 2012 on SLC-41
to RBSP launch. - Photo by :
Julian Leek
The consortium Space United Alliance (ULA) announced today that the company has chosen Hensel Phelps Construction Co. Of Orlando for help plan modifications to Space Launch Complex 41 that would enable commercial crew missions on Atlas V rockets. « The firm also will work on the system astronauts and support personnel would use to escape the rocket in an emergency and a safe haven where they could take shelter before fully evacuating the pad area », reveals the newspaper Florida Today… today.
These new activities should create 300 jobs until at least 2015, provides the company.

mardi 6 novembre 2012

Politique et science. Pour quoi voter ?


Le bureau de vote à Titusville. - Photo : rke
[ Titusville (FLA), November 6, 2012 © rke, english below ] – A trois heures de la fermeture des bureaux de vote, les fans de chaque camp campent le long des routes pour convaincre les indécis de voter et pour faire élire leurs députés « cantonaux ». Les bureaux ferment à 18h. Les Américains votent le mardi, une tradition bien ancrée depuis 1787, bon compromis à l’époque suite au culte du dimanche  et avant la journée du marché, le mercredi. Bref, un jour comme un autre. Les citoyens doivent prendre sur le temps libre du travail pour voter.
A l’heure où je vous écris ces lignes, la campagne bat son plein et tout peut encore basculer pour l’un ou l’autre candidat. Bref, je ne suis pas là pour vous faire un cours de civisme américain (j’en suis bien incapable), mais pour vous parler de gros sous. Obama et Romney ont dépensé (si l’on compte les deux budgets), 2 milliards de dollars pour faire leur campagne. C’est à peine un peu moins des 2,5 milliards de dollars qu’il a fallu pour réaliser et poser sur Mars le rover Curiosity. Question : entre les deux sujets, vous voteriez pour qui ? La politique ou l’avancée de la science ?

A trois heures de la fermeture, ça bouge encore.
Une militante républicaine. - Photo : rke
Science and politics. What vote for ?
There are now 3 hours before closing of voting offices. Fans stand along the road to convince the undecided vote and to elect their MPs. Offices close at 18h. The Americans vote on Tuesday, a strong tradition since 1787, good compromise at the time following the Sunday worship and the day before market on Wednesday. In short, a day like any other. Citizens must take of their free time off work to vote.
At the moment I write these lines, the campaign is in full swing and everything can switch to one or the other candidate. But I'm not here to teach you an American civics (I am so unable), but to talk about big money. Obama and Romney spent (if you count the two budgets), $ 2 billion for their campaign. This is just a little less than $ 2.5 billion that it took to realize the rover land on Mars Curiosity. Question between the two topics. Would you vote for what ? Policy or the advancement of science ?

Du fédéralisme helvétique aux intentions spatiales de Mitt Romney


A dix kilomètres à vol d'oiseau du VAB de la NASA, les Républicains
font leur publicité. - Photo : rke
[ Titusville (FLA), November 5, 2012 © rke, english below ] – Pas passionné du tout, du tout par les élections américaines, je me dois quand même de m’y intéresser un peu. D’une part, par ce que la politique est la base de tout. Ensuite, parce que le programme spatial américain (comme les autres d’ailleurs) dépend de politiciens. Mis à part que j’en veux encore à Obama d’avoir annulé le programme de reconquête lunaire (comme si l’espace devait être rentable, tiens !), je n’ai rien à juger de son bilan. En tous cas, une chose est certaine. Ici à Titusville, petite ville de 40'000 habitants, je n’ai croisé aucun drapeau, mais aucun, d’Obama planté le long des routes et je vous jure que j’en ai fait des kilomètres. Je n’y ai donc vu que de la réclame (des beaux panneaux d’ailleurs) pour Mitt Romney. Bref, dans cette histoire, le candidat républicain a dit : « Le programme spatial s’est érodé de façon significative depuis quatre ans (…). Le gouvernement Obama a affaibli l’ingéniosité du programme spatial ».
En résumé, Romney veut restaurer le leadership américain et ça passe par le business spatial et la remise à neuf de la NASA, sans pour autant en accroître le financement. Bon, on ne sait pas trop de quoi ça retourne, mais l’intention y est. Est-ce seulement des belles phrases pour se faire élire ?
En tant que petit Suisse, je pense qu’on aurait beaucoup à leur apprendre aux grands Américains. Surtout au niveau du fédéralisme. Ils en auraient bien besoin.
Donc, je ne suis ni pour l’un (le sortant), ni pour l’autre (le prétendant). Ah, ces politicards…

From the Swiss Federalism to the space outlook of Mitt Romney
Mitt Romney wants to restore the prestige of NASA. But with wich money ? - Photo : rke
U.S. elections ? Bah, it’s not my ardor. However, I have to be interested in a little bit. First of all, because the policy is the basis of everything. Secondly, because the U.S. space program (like others elsewhere) depends on politicians. Except that I’m wrath against Obama because he canceled the Constellation Program to come back on the Moon (as if space exploration is profitable !), I have nothing to judge the political balance sheet of the President.
In any case, one thing is certain. Here in Titusville, a town of 40’000 people, I saw no flags about Obama elections staked on the road. And I swear that I made many miles. So, I did only the effigies for Mitt Romney.
Brief, in this story, the Republican candidate said : « Over the past four years, the Obama Administration, through poor policy and outright negligence, has badly weakened one of the hallmarks of American leadership and ingenuity — our nation’s space program ».
In short, Romney wants to restore American leadership and it passes through the business space and refurbishment of NASA, without increase in funding. Well, we don’t really know what are the specific facts, but it’s with good intentiens. Is this just fine words to get elected ?
Like a small Swiss, I think we would have much to teach to the great Americans. Especially at the level of federalism. They could use.
So I’m not for one (the outgoing) or the other (the candidate). Ah, those politicos ...